Le 21 mai 2020

 

Fête

de saint Eugène de Mazenod

 

 

Chers confrères,

 

Nous sommes tous confinés dans nos maisons, dans nos milieux de vie missionnaire depuis des mois. Nous apprenons, comme disciples et par la force des choses à vivre la mission autrement. Entre autres initiatives, j’ai souvent entendu des confrères comme des gens autour de nous s’engager activement dans des communications plus soutenues, plus larges avec des personnes seules, souffrantes, fragiles ou dans le besoin. Plusieurs en profitent pour vivre des retrouvailles et renouer des liens avec des confrères, des membres de la famille ou des ami.e.s qu’on avait un peu négligés.

 

Dans ce contexte, nous célébrons saint Eugène cette année alors que les promesses cèdent le pas aux inquiétudes de toutes sortes. Nous faisons collectivement partout dans le monde l’expérience très intense et souvent tragique de nos fragilités et de notre radicale interdépendance.

 

Saint Eugène, nous le croyons dans la foi, est avec nous en ce moment, non pas comme un souvenir, mais comme une présence, non pas comme un personnage du passé, mais comme une Parole pour notre situation présente, non pas comme un idéal, mais comme une source d’inspiration. Pourquoi ne pas profiter de ce temps nouveau pour vivre notre amitié avec saint Eugène avec une nouvelle fraîcheur, une nouvelle ferveur et conséquemment vivre la mission avec une nouvelle vigueur.

 

À la suite de Jésus, saint Eugène est devenu un pasteur au cœur de plus en plus universel. Comme pasteur dynamique et vivant, traversant les milieux et les époques, saint Eugène nous connaît et nous accompagne. Il souffre avec nous, avec les pauvres et il nous invite à communier aux souffrances du Corps du Christ pour mieux ressusciter avec lui. Saint Eugène nous guide vers le mystère pascal et nous donne le courage de ne pas nous dérober au pied de toutes les croix du monde. Nous sommes tous des pasteurs qui, comme lui, prennent soin les uns des autres.

 

Saint Eugène a vécu son existence comme une mission. Il a traité toute situation comme une mission, à commencer par les pauvres aux multiples visages. La situation de l’Église et de ses ministres, si déplorable fût-elle à l’époque ne l’a nullement découragé. Bien au contraire, elle a réveillé en lui le souffle et la vigueur de l’Esprit. Saint Eugène nous invite à garder les yeux fixés sur le Christ Sauveur pour mieux l’entendre et le reconnaître actif dans l’aujourd’hui de notre monde.

 

Notre défi en le célébrant aujourd’hui est de répondre à son invitation comme des missionnaires. Nous sommes disponibles pour écouter les signes des temps, pour reconnaître les visages des nouveaux pauvres et entendre les cris de la terre qui, comme nous, gémit en travail d’enfantement. Le salut aujourd’hui est plus que jamais pour toute l’humanité objet d’espérance et nous renouvelons notre oblation pour y coopérer avec le Christ Sauveur. Cette coopération passe par notre proximité priante avec Dieu, le souci des uns avec les autres et par nos modestes gestes quotidiens pour laisser le Royaume s’approcher de nous et de ceux qui désespèrent.

 

Enfin, saint Eugène a réconcilié sa vocation de pasteur et son appel missionnaire en devenant un père, en participant à la paternité de Dieu. Il s’est toujours considéré non seulement comme un fondateur, mais surtout comme le père d’une grande famille. Nous sommes de sa race, de sa famille, de son ADN spirituel. Comme notre père aujourd’hui, il nous inspire pour que nous aussi nous ne contentions pas d’entretenir, de protéger, de préserver ou de conserver, mais prenions le risque ensemble de nouvelles attitudes et de nouveaux comportements qui engendrent de la vie nouvelle dans nos milieux.

 

Les circonstances s’y prêtent bien pour que nous devenions plus créateurs pour donner naissance à de nouvelles vocations et accompagner celles qui émergent devant les nouveaux besoins, susciter de nouvelles communautés, accueillir une nouvelle manière de vivre l’Église, de renaître comme une nouvelle famille missionnaire. La vie engendre la vie. La prière pour les vocations missionnaires avec saint Eugène est un geste de foi et d’espérance que nous vivrons avec plus d’intensité au cours de cette neuvaine du 21 au 29 mai prochain en solidarité avec toute la Congrégation.

 

Saint Eugène est partie prenante de ce que nous vivons en ce moment : créons des espaces pour l’accueillir, des conditions pour écouter ce qu’il nous dit et posons des gestes porteurs de vie pour qu’elle triomphe en toute circonstance. De la sorte, nous serons fidèles à notre vocation, à la hauteur de notre héritage et une bonne nouvelle pour les nouveaux pauvres d’aujourd’hui.

 

Uni à chacun et à tous en Jésus Ressuscité sous le regard bienveillant de Marie, Mère de Miséricorde, je vous souhaite une bonne fête et en particulier à tous les jubilaires de cette année.

 

Luc Tardif, omi

Supérieur provincial

Luc Tardif, OMI

 Contactez-nous

 

secretariat@omiquebec.com

 

Téléphone: 450 658-8761 -poste 601

Télécopieur: 450 658-0129

 

 

 

 

 

Archives Deschâtelets-Notre-Dame-du-Cap

Élaine Sirois

Directrice et archiviste

 info@archivesdndc.com

Téléphone : (450) 658-8761 p. 613

Provincial: Luc Tardif, OMI
 

Vicaire provincial: Jacques Laliberté, OMI

Directeur des finances et des services adminitratifs: Jordan Dosch

 

Adjointe administrative

Aline Hébert

Secrétariat:

Jean-Yves Poulin, OMI

 

Trésorier provincial
Jacques Laliberté, OMI