Contactez-nous

 

secretariat@omiquebec.com

 

Téléphone: 450 658-8761 -poste 601

Télécopieur: 450 658-0129

 

 

 

 

 

Archives Deschâtelets-Notre-Dame-du-Cap

Élaine Sirois

Directrice et archiviste

 info@archivesdndc.com

Téléphone : (450) 658-8761 p. 613

Provincial: Luc Tardif, OMI
 

Vicaire provincial: Jacques Laliberté, OMI

Directeur des finances et des services adminitratifs: Jordan Dosch

 

Adjointe administrative

Aline Hébert

Secrétariat:

Jean-Yves Poulin, OMI

 

Trésorier provincial
Jacques Laliberté, OMI

 

Arrivée des Missionnaires Oblats au Canada

Quelques dates


Histoire brève des Oblats venus au Canada

 

Nous sommes membres d’une congrégation religieuse catholique: les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Notre fondateur Eugène de Mazenod est né à Aix-en-Provence, en 1782, et mort à Marseille, en 1861. Voici les grandes dates de l’histoire des Oblats venus en Amérique.

 

1826
Devenu prêtre en 1811, Eugène de Mazenod réalise son projet d’une Société des Missionnaires de Provence en 1815. Mais, ces premiers prédicateurs désirent une pastorale internationale. En 1826, ils obtiennent l’approbation romaine, sous le nom de Missionnaires Oblats de Marie Immaculée.

 

1841
Évêque auxiliaire de Marseille en 1832, et titulaire en 1837, Eugène de Mazenod reçoit la visite de l’évêque de Montréal, Mgr Ignace Bourget, qui le prie d’envoyer des Oblats dans son diocèse. Les six premiers Oblats seront bientôt suivis par plusieurs autres. Ils prêchent et fondent des missions à Montréal, à Bytown (Ottawa) et à Québec. Ils acceptent très tôt des missions aux États-Unis, dans l’Ouest et le Nord canadien.

 

1861
Les Oblats s’établissent dans plusieurs missions indiennes, de l’Est à l’Ouest, jusqu’à la Baie James. Ils s’avancent vers le Grand Nord, dans le pays esquimau. Ils accompagnent aussi les populations qui s’installent dans les régions de colonisation. Et au Sud, dans les villes, ils prêchent, fondent des paroisses, des maisons de formation, dont certaines deviendront des institutions, comme l’Université d’Ottawa.

 

1900
La prédication devient une oeuvre majeure qui occupera de plus en plus d’Oblats. On construit plusieurs maisons de retraites fermées. Le ministère des chantiers s’amplifie. D’autres paroisses sont fondées dans les milieux plus défavorisés. En 1902, les Oblats deviennent gardiens du sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap. Ils s’impliquent auprès des Franco-Ontariens. Ils s’engagent aussi dans l’Action catholique et dans diverses oeuvres sociales.

 

1930
La province oblate du Canada prend en charge l’envoi de missionnaires au Basutoland (Lesotho). Plus de 100 Oblats d’ici ont oeuvré dans ce pays depuis 70 ans. En 1952, on accepte la mission de Bolivie, qui formera la province oblate de Bolivie-Chili en 1956.

 

Depuis les années 1960, les Oblats des deux provinces francophones de l’Est du Canada ont d’abord vu diminuer l’arrivée de nouveaux membres et ils ont dû s’adapter au déclin de la pratique religieuse dans la société québécoise. Toutes les maisons de formation et les maisons de retraites ont aujourd’hui disparu et seules quelques paroisses sont encore prises en charge par des Oblats. L’Université d’Ottawa a été remise aux autorités civiles et les Oblats ont fondé l’Université Saint-Paul, spécialisée en sciences religieuses. Au milieu des années 70, on a fondé le Centre St-Pierre, à Montréal, comme lieu d’animation, de croissance et d’évangélisation chrétienne. Quelques Oblats ont formé des équipes qui continuent diverses activités pastorales dans certaines régions éloignées. La moyenne d’âge élevée des Oblats de notre province exige présentement des soins de santé bien organisés pour assurer à tous nos anciens missionnaires une retraite sereine et heureuse.