PENDANT CE TEMPS…FORTUNÉ DE MAZENOD…

Fortuné de Mazenod le frère du Président de Mazenod est né à Aix le 27 avril 1749. Un oncle avec lequel Eugène avait des relations très étroites. Se rappeler les années d’exil, combien le jeune émigré de retour en France projetait de le faire rentrer au pays avec son père, et aussi comment l’Abbé de Mazenod avait glissé son nom alors qu’il était question de restaurer le diocèse de Marseille.

Un petit retour en arrière, « Le jeune chanoine [Fortuné] devint en peu de temps vicaire général d'Aix et collaborateur intime et estimé de l'Archevêque, Mgr Raymond de Boisgelin. L'Archevêque et les autres vicaires généraux quittèrent Aix dès les débuts de la Révolution. Le chanoine Fortuné administra seul le diocèse jusqu'au mois d'août 1792. Sa vie était alors sérieusement en danger. Il quitta la France en compagnie de son oncle Charles-André de Mazenod, vicaire général de Marseille. Par la Suisse, il gagna Turin où se trouvaient déjà les autres membres de la famille qu'il suivit dans leur exil à Venise, Naples et Palerme…

Ce fut à Palerme qu'il apprit, en 1817, que le roi Louis XVIII l'avait désigné pour le siège épiscopal de Marseille. Il fallut plusieurs lettres très pressantes de son neveu pour le décider à rentrer en France et à accepter l'épiscopat. Il avoua alors que, après tant d'années sans activités pastorales, il appréhendait plus les responsabilités qu'il n'aspirait aux honneurs qu'il avait ardemment désirés dans sa jeunesse. Eugène dut lui promettre qu'il resterait toujours à ses côtés comme collaborateur actif. Après 5 ans d’attente, [Fortuné] fut enfin nommé évêque de Marseille le 13 janvier 1823. »

(*)http://www.omiworld.org/fr/dictionary/dictionnaire-historique_vol-1_m/322/mazenod-mgr-fortun-de/

fortunédemazenod.jpg