LA PERLE RARE…

Ce terme n’est pas exagéré quand il s’agit de François de Paule, Henry Tempier, communément appelé Henry.

Henry Tempier, est vicaire à la paroisse Saint-Césaire d’Arles lorsqu’Eugène l’invite à faire partie de la future communauté. L’invitation du Fondateur est un bijou dont il convient de citer des passages. Dans son livre, le Cardinal Roger Etchegaray n’hésite pas à la qualifier de sommation impérative.

« Mon cher ami, écrit Eugène, lisez cette lettre au pied de votre crucifix, dans la disposition de n’écouter que Dieu… Imposez silence à la cupidité, à l’amour des aises et des commodités; pénétrez-vous bien de la situation de nos campagnes, de l’état de la religion parmi eux, de l’état de la religion parmi eux, de l’apostasie qui se propage tous les jours et fait des ravages effrayants… Eh bien, mon cher, je vous dis sans entrer dans de plus grands détails que vous êtes nécessaire pour l’œuvre que nous venons d’entreprendre… » (*)

L’acceptation de l’Abbé Tempier est aussi nette que l’a été la demande d’Eugène. « Ainsi j’ai des remerciements à vous faire de m’avoir jugé digne de travailler à la gloire de Dieu et au salut des âmes, écrit-il… Par la grâce de Dieu, je sens en moi ce désir ou si je ne l’ai pas, je désire grandement de l’avoir.» (*)

« Les trois lettres du Fondateur, d'octobre à décembre 1815, et les deux réponses enthousiastes de l'abbé Tempier peuvent être considérées non seulement comme les racines d'une longue et fructueuse amitié, mais aussi comme le fondement même de la communauté des Missionnaires de Provence et, après 1826, de la Congrégation des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. » (**)

(*) Cardinal Roger Etchegaray – Vie d’Eugène de Mazenod – p. 70 (**) http://www.omiworld.org/fr/dictionary/dictionnaire-historique_vol-1_t/488/tempier-fran-ois-de-paule-henry