Contactez-nous

 

secretariat@omiquebec.com

 

Téléphone: 450 658-8761 -poste 601

Télécopieur: 450 658-0129

 

 

 

 

 

Archives Deschâtelets-Notre-Dame-du-Cap

Élaine Sirois

Directrice et archiviste

 info@archivesdndc.com

Téléphone : (450) 658-8761 p. 613

Provincial: Luc Tardif, OMI
 

Vicaire provincial: Jacques Laliberté, OMI

Directeur des finances et des services adminitratifs: Jordan Dosch

 

Adjointe administrative

Aline Hébert

Secrétariat:

Jean-Yves Poulin, OMI

 

Trésorier provincial
Jacques Laliberté, OMI

 

Coopérateurs de la Province Saint-Joseph - historique

 

Historique L’origine « amis de l’Agapaix » A l’initiative du Père Jean Gamache, omi, des couples sont associés à la communauté et à l’œuvre de cette maison de ressourcement et de formation chrétienne pour jeunes adultes. Ils sont choisis parce qu’ils sont proches des Oblats et ont des enfants de l’âge des jeunes qui fréquentent la maison. Les deux éléments sont importants: ils participent à la vie communautaire et à la mission de l’œuvre.

 

Puis l’administration provinciale s’intéresse à l’existence de ce groupe et songe à “exporter” le principe. Des conversations débutent donc entre les Oblats de la maison Agapaix et l’administration provinciale. Avec quelques “amis”, les Pères Gilles Comeau et Luc Tardif poursuivent la réflexion et le discernement.

 

Après le chapitre de 1986, un document est rédigé par les autorités de la province: « Les coopérateurs et coopératrices de la province Saint-Joseph ». Le document est très « religieux » au sens où on parle de la pratique pour les laïcs de l’esprit des vœux !  Les coopérateurs existent donc officiellement depuis 1986. C’est l’année de l’approbation officielle par le conseil provincial du statut des coopérateurs oblats. Ce document est également accepté par l’administration générale.
 

En janvier 1987, huit laïcs font leurs premiers engagements comme coopérateurs. Le nom de coopérateur vient du fondateur: Les Oblats sont les coopérateurs du Sauveur. Nous  voulons par ce nom insister sur le caractère apostolique et missionnaire de cette association, par rapport à d’autres formes de regroupement qui sont davantage de connotation spirituelle comme l’A.M.M.I.
Sélection des candidats selon le conseil provincial Il y a une insistance sur la sélection des candidats : ce sont des couples. Un document est rédigé et qui est très signifiant.  Le coopérateur Oblat est quelqu’un qui, déjà engagé dans la grande mission de l’Église, cherche une spiritualité; ayant connu les Oblats à un moment ou l’autre de sa vie et ayant été attiré par leur manière de vivre. Il s’adresse à eux et reçoit d’eux un appel à faire communauté avec eux et à travailler avec eux à la même mission.  »

 

C’est alors une période d’expansion et  d’élargissement. Ce sont surtout les paroisses qui s’engagent et appellent. Elles sont un lieu privilégié de collaboration et leur potentiel d’association est très large.
Les statuts En 1994 le conseil provincial forme un comité d’étude sur les associés. Le mandat du comité est de préciser le statut des différents groupes de collaborateurs des Oblats.

 

Trois catégories existent dans la province :

1-      Les coopérateurs et coopératrices

2-      Les membres de l’A.M.M.I.

3-      Les Oblats honoraires
 

Recommandation du comité : que le conseil provincial voie à élaborer des structures simples de nature à assurer la formation de Coopérateurs (trices).
L’originalité de la province Saint-Joseph se situe au niveau de ce groupe des Coopérateurs et Coopératrices  des Oblats. À l’écoute des Constitutions et Règles et du document Missionnaires dans l’aujourd’hui du monde, les autorités du temps ont appelé des laïques à devenir nos coopérateurs.

 

Au printemps 1995, il y a vingt et une personnes dans la grande région de Montréal s’étendant de Rougemont, Plantagenet, six à Maniwaki, huit à Rouyn-Noranda et dix à Ville-Marie. La région d’Ottawa reste à développer.


Ces personnes sont reliées non pas à un Oblat seulement, mais à une communauté tout entière d’Oblats qui acceptent de cheminer et de partager avec elles. En conséquence, parfois, le style de vie communautaire doit s’adapter.


Le comité décrit les Coopérateurs et Coopératrices des Oblats, comme des personnes déjà engagées dans l’Église, en recherche d’une vie spirituelle plus intense, et, connaissant les Oblats, se sentent attirées par notre manière de vivre et notre manière d’accomplir la mission. Nous les appelons à faire communauté avec nous et à travailler avec nous à cette même mission dans l’esprit du bienheureux Eugène de Mazenod.
 

Séminaire international à Rome en septembre 1995 Un séminaire sur les laïcs réunit 9 personnes laïques venant de 7 Provinces et 3 Oblats, dont un couple de notre province, Denis et Hélène Pelletier. Les participants élaborent un document de travail en vue d’un congrès international de laïcs associés.
Congrès d’Aix mai 1996  Cette rencontre internationale a été un point tournant pour notre province. Quatre délégués – Denis et Hélène Pelletier, Éliette Aubry, et le Père Luc Tardif, omi – y ont participé et sont revenus avec le vif désir de promouvoir, vitaliser et creuser cette orientation, en lui donnant plus de vigueur et de rigueur dans la formation, l’expansion et le rayonnement. Par ailleurs, nous avons pris conscience de l’importance de la concertation avec d’autres provinces et régions, de même que la collaboration avec d’autres communautés, des associés de d’autres congrégations.

 

A la suite du Congrès, il y a eu la création du comité provincial des coopérateurs qui a ainsi constitué un pas majeur dans notre volonté de s’organiser, de grandir et de  porter des fruits. Ce comité est formé de trois oblats et de trois laïcs associés.
 

Situation de la province en 1997 : 58 personnes prennent un engagement d’un an comme laïc associé aux Oblats soit le 15 ou 16 février, selon les régions. 17 personnes pour qui c’est le premier engagement et les autres c’est un renouvellement.
 

Ils sont rattachés à huit communautés dans la province : Rougemont, Richelieu, Nazareth, Sainte-Bernadette, Notre-Dame-de-l’Île à Hull, Maniwaki, Rouyn, Ville-Marie. Chaque communauté vit selon le milieu.
Parmi ces 58 personnes, il y a 29 hommes et 29 femmes dont 26 couples. La moyenne d’âge de l’ensemble est de 57 ans.

 

Deux nouveaux groupes sont en voie de formation, l’un à  partir d’Ottawa, qui sera relié à la communauté Emmaüs et l’autre à  Montréal qui sera en lien avec la communauté Saint-Pierre Apôtre.

 

La formule d’engagement est retravaillée à la lumière du document d’Aix. Nous sommes sensibilisés et engagés à appeler des personnes dans nos milieux pour élargir nos rangs et recevoir du sang neuf.


Les engagements des associés varient selon les personnes : certains sont impliqués dans nos œuvres ; d’autres sont engagés ailleurs et autrement mais leur ministère s’inscrit directement dans la ligne du charisme Oblat, préférence aux pauvres, aux distants.
 

Il y a toujours une formation initiale pour les personnes désirant vivre du charisme et pour les autres une formation continue.
Les associées sont associées à la vie et à la mission de la province et des communautés locales de différentes manières. Ils participent aux rassemblements régionaux pour des ressourcements. Ils célèbrent les grandes fêtes Oblates avec les communautés locales. Ils sont invités à prendre part à certains événements, à titre d’observateurs.

 

Évolution au plan interprovincial, national et  international Juin 1998 première rencontre interprovinciale pour une meilleure collaboration entre laïcs. Deux rencontres par année pour partager notre vécu et pour préparer un directoire commun.


Chapitre 1998, une première pour la Congrégation, des laïcs invités au chapitre, dont une laïc de notre province.  Éliette Aubry est déléguée au nom des associé-es de notre province.
 

Il existe un comité au niveau national : comité « Ad hoc »dont un Oblat de notre province en est le responsable ainsi que  notre provincial qui est répondant au plan national.


Ce comité organise un congrès à l’automne 1999 à Ottawa pour échanger et pour former des leaders au sein des laïcs associés. Ce comité sera par la suite dissous par la Conférence Oblate canadienne, faute de ressources suffisantes. Il a tenu quelques réunions nationales, à Ottawa, Montréal, Winnipeg et Vancouver.
 

En 1999, le Conseil provincial adopte le directoire préparé lors des rencontres interprovinciales.
 

En 2000, évolution dans la vie des laïcs associés : une retraite est donnée aux laïcs associés des deux provinces (Saint-Joseph et Notre-Dame-du-Rosaire) à Richelieu par la suite à la Maison de la Madone jusqu’à l’unification des provinces.
 

En 2002, un journal interprovincial est créé afin d’échanger sur ce qui se passe dans les provinces, il y avait déjà eu un journal au sein de la province. Il est devenu le journal « Entre-Nous » pour les deux provinces.
 

En préparation à l’unification, un comité est formé de personnes des deux provinces pour préparer un document d’orientation pour le nouveau comité de laïcs associés de la province Notre-Dame-Du-Cap.
 

Au nom du comité Provincial Saint-Joseph

Luc Tardif, OMI. Le 12 février 2007