Contactez-nous

 

secretariat@omiquebec.com

 

Téléphone: 450 658-8761 -poste 601

Télécopieur: 450 658-0129

 

 

 

 

 

Archives Deschâtelets-Notre-Dame-du-Cap

Élaine Sirois

Directrice et archiviste

 info@archivesdndc.com

Téléphone : (450) 658-8761 p. 613

Provincial: Luc Tardif, OMI
 

Vicaire provincial: Jacques Laliberté, OMI

Directeur des finances et des services adminitratifs: Jordan Dosch

 

Adjointe administrative

Aline Hébert

Secrétariat:

Jean-Yves Poulin, OMI

 

Trésorier provincial
Jacques Laliberté, OMI

 

Nouvelles

Des nouvelles des laïcs associés 

Bulletin 2017 en PDF

Bulletin Mars 2017 en PDF

Octobre 2017

125e revue Notre-Dame-du Cap

169 années de présence oblate - Saint-Pierre-Apôtre

Nouvelle initiative Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Journée internationale de la Paix.

Le clocher de l'église Saint-Sauveur, Québec

Nouveaux défis sur la Côte-Nord

Loi 36

Louis-Marie Parent, OMI - cause béatification

Dimanche mondial 2017

Le vieillissement chez les Oblats

Conversion missionnaire

Diocèse de Montréal

Don à l'Université Saint-Paul

Eugène Lapointe, OMI, Histoire du Lesotho

Célibataires en Église

Jubilaires 2017

SYMPOSIUM À L’USP 

50e anniversaire

Centre de recherche en histoire religieuse du Canada

La Chaire de recherche en histoire religieuse du Canada dont notre confrère Pierre Hurtubise est titulaire, tient le vendredi 10 novembre prochain à l'Université Saint-Paul, Pavillon Laframboise, salle 120, un Symposium marquant le 50e anniversaire de fondation du Centre de recherche en histoire religieuse du Canada. 

 

Interviendront, Pierre Hurtubise lui-même qui fera l'historique du Centre en question ; Timothy Foran (Musée canadien d'histoire) qui dressera un bilan des recherches faites sur le ministère des Églises chrétiennes auprès des Premières Nations ; Gilles Routhier (Univ. Laval) qui en fera autant en ce qui concerne Vatican II et le Canada ; Mark McGowan (Univ. de Toronto) qui traitera des travaux produits depuis 25 ans en histoire religieuse du Canada anglais et Guy Laperrière (Univ. de Sherbrooke) qui dressera un bilan de ceux concernant l'histoire des communautés religieuses du Québec. 

 

De gauche à droite Pierre Hurtubise, OMI, Guy Laferrière, Mark McGowan

Timothy Foran et Gilles Routhier

UNE SOIRÉE SPIRITUELLE À LA PAROISSE SAINT-PIERRE-APÔTRE 

Le Très-Bas

Le 23 octobre dernier, quelques personnes engagées dans la communauté, entre autres Lyse Desroches, André Bisaillon et Philippe Morinat ont organisé une soirée de lecture spirituelle. L’ouvrage de Christian Bobin, Le Très-Bas avait été retenu pour cette présentation. On se rappelle que ce livre relate l’itinéraire spirituel de François d’Assise. Plus d’une soixantaine de personnes se sont présentées et ont goûté la poésie de cet auteur qui donne de l’âme aux mots, du souffle au texte et de l’esprit au récit. L’excellente narration, l’accompagnement musical et les arrangements de lumière ont également contribué à faire de cet événement un espace de rencontre en profondeur. Lorsqu’on parle de nouvelle évangélisation, des signes de créativité semblable permettent d’espérer que de temps à autre, nous passions des intentions aux projets, des paroles aux réalisations. Ce passage était clair et fut vivement apprécié.

LE PÈRE FRANÇOIS PARADIS, O.M.I.

AU COLLOQUE D’EKUANITSHIT 

 

La communauté innue d’Ekuanitshit organise chaque année un colloque sur la santé mentale auquel j’ai l’honneur d’être associé. Cette année, suite à la rencontre entre les autochtones et des non-autochtones organisée au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, en mai dernier, des membres de la communauté d’Ekuanitshit ont suivi l’intervention du P. François Paradis, un oblat de la province de Lacombe, sur son cheminement dans la spiritualité autochtone et la session sur le retour à l’Esprit. Ces derniers ont proposé son nom pour intervenir au colloque d’Ekuanitshit qui a eu lieu le 18 et 19 octobre 2017. 

 

Contact pris, le père est arrivé une journée avant le début du colloque. Il est ensuite intervenu la deuxième journée du colloque et l’appréciation fut unanime, car tous les participants se sont rendus compte qu’il y a encore un grand champ à explorer sur le dialogue entre la spiritualité chrétienne et la spiritualité autochtone. À la fin de son intervention, on a convenu de la nécessité, non seulement d’organiser la toute première session sur le retour en Esprit pour les autochtones (dans la province de Québec), mais aussi de former des animateurs autochtones francophones pour cette fameuse session. 

 

Le colloque a été clôturé par une célébration eucharistique enrichie par la spiritualité autochtone et animée par l’ensemble du peuple autochtone et des allochtones dans un grand cercle priant.

Spiritualité

chrétienne et autochtone

NOUVELLE COORDINATION DU PORTIK 

Un couple

Depuis le 23 octobre, un couple a été engagé par la paroisse Sacré-Cœur pour assurer une nouvelle coordination du Portik. Il s'agit de Krista Wawrykow et Raphaël Perron-Bertrand. Tous deux ont vécu plusieurs années au sein de la Famille Marie-Jeunesse où ils ont été formés à l'accompagnement des jeunes, à la prière et à la mission. Chacun d'eux occupera un demi-temps du poste. Ils sauront certainement bien se compléter l'un et l'autre dans leur nouvelle fonction. Un grand merci à Myriam Laliberté, une paroissienne de Sacré-Cœur qui, depuis la fin d'août, à temps partiel, a assuré une coordination par intérim avec hospitalité, esprit d'équipe, sens de l'organisation et professionnalisme.

LE COMITÉ PROVINCIAL DES ASSOCIÉ-ES 

Nouvel énoncé

et Journée souvenir pour les défunts

Les 24 et 25 octobre dernier, les membres de ce comité provincial composé d’un-e délégué-e de chaque région de la province se sont réunis avec le provincial pour faire le point sur les groupes d’associé-es dans la province. Le comité a approuvé officiellement un nouvel énoncé de mission pour les membres. Ce document très percutant et contextuel est le fruit du congrès provincial tenu à la Maison de la Madone il y a juste un an. Il intègre les grandes orientations missionnaires du dernier Chapitre général et se présente dans un style très proche de la Préface de nos Constitutions et Règles. Les huit membres de ce comité provincial ont voté une recommandation spéciale et formulent un souhait tant aux Oblats qu’aux associés : que le 4 novembre devienne, chaque année, une journée du souvenir et un temps de mémoire pour tous les associé-es défunts. Encore cette année, plusieurs nous ont quittés et nous prierons pour eux.

RESSOURCEMENT DES PRÊTRES À BAIE-COMEAU 

Avec les jeunes, devenons pèlerins de la foi dans un monde qui change

Au diocèse de Baie-Comeau, nous avons établi comme priorité pastorale pour les 3 prochaines années : Avec les jeunes, devenons pèlerins de la foi dans un monde qui change. La table est mise pour la Mission jeunesse. 

 

Mais où sont les jeunes ? C’est ce que Pierre-Olivier Tremblay est venu réfléchir avec nous en nous partageant son expérience dans le monde des jeunes. En relisant la lettre de Paul à Timothée nous comprenons que comme Paul nous sommes porteurs de la Tradition : en partageant en qui nous mettons notre foi, nous sommes encouragés à valoriser les jeunes dans leurs quêtes d’authenticité et de spiritualité. 

 

Avec l’auteur Charles Taylor et son livre « L’âge séculier », ce fut un regard sur les enjeux d’aujourd’hui. Enfin, nous avons porté notre regard sur les LINEAMENTA pour le prochain synode des jeunes. De l’avis de tous, il s’agit d’un document très inspirant et pertinent.

LANCEMENT LA MAISON NOTRE-DAME À RICHELIEU 

Témoins audacieux et peu frileux

au Nunavik.

Le dimanche missionnaire mondial, le 22 octobre, fut aussi l'occasion à Richelieu de participer en compagnie d'une centaine de personnes au lancement de l'ouvrage de Raymonde Haché, Témoins audacieux et peu frileux au Nunavik. 

 

Ayant vécu elle-même quelques décennies dans ces milieux éloignés, elle raconte l'histoire de la présence de plusieurs Oblats qui y ont donné leur vie de même que celle de plusieurs autres acteurs et actrices de cette jeune Église. Fort bien documenté, cet ouvrage est une contribution importante à l'histoire missionnaire du Canada tout comme à celle de notre famille apostolique. Des confrères très intéressés ont participé à cet événement puisqu'il est abondamment question d'eux dans le récit, tels les Pères Jules Dion et Robert Lechat. Dans la même foulée, plusieurs Oblates étaient présentes car en plus de l'auteure elle-même oblate, elles ont fait partie intégrante de cette épopée qui se poursuit autrement.

Renaud Saliba, OMI

Retraite bien accueillie

Quelle intranquillité, quel questionnement pour Marie?

Renaud Saliba, OMI, après un séjour de deux semaines au Québec est reparti en France dans sa communauté. La retraite qu'il a donné aux Oblats et aux laïcs a eu l'heure de plaire. Voici l'argumentaire présenté:

Depuis l’exhortation apostolique La joie de l’évangile, le pape François donne souvent à la Vierge Marie le titre de Mère de l’évangélisation. Il terminait d’ailleurs ainsi son message pour la journée mondiale des missions le 22 octobre dernier : « Soyons missionnaires en nous inspirant de Marie, Mère de l’Evangélisation. Mue par l’Esprit, elle accueillit le Verbe de la vie dans la profondeur de son humble foi ». 

Marie est mère de l’évangélisation car elle a accueilli parfaitement dans son existence humaine le travail de Dieu. La foi de Marie est donc exemplaire, mais cette foi n’est pas pour autant immédiate, évidente. Les évangélistes, à de nombreuses reprises, nous font comprendre que Marie a cheminé pour comprendre et accepter. L’ange Gabriel lui a annoncé une grande joie mais il ne lui a pas tout révélé, il lui a parlé de la naissance d’un roi fils de David qui régnera pour toujours. Pourtant Jésus sera rejeté par une partie de son peuple et crucifié au sortir de la cité de David. Quelle intranquillité, quel questionnement pour Marie devant des faits aussi contradictoires. Pourtant au bout de son cheminement, la Fille de Sion est bien devenue la Mère de l’Eglise, la reine des apôtres.

Mettons-nous donc à la suite de Marie, car nous aussi nous avons à accepter des déplacements, à surmonter des contradictions pour continuer à chanter notre Magnificat à chaque étape de notre vie missionnaire.

LA FORMATION CONTINUE 

La résurrection de Jésus et la nôtre...

 

Le Père Normand Provencher poursuit sa mission de formateur et d’enseignant même au sanctuaire. Il a eu l’inspiration — brillante, puisqu’il est fidèle à lui-même prétendent certains ! — de proposer une série de cinq sessions de trois heures chacune sur la thématique : «La résurrection de Jésus et la nôtre : fondements bibliques». Or, à l’étonnement général, environ 80 personnes de différents horizons se présentent chaque semaine pour participer à cette activité de formation. Il y a donc une soif d’approfondissement chez les chrétien-nes qui s’inscrit directement dans nos priorités missionnaires, que ce soit sur le plan de notre province tout comme dans la Congrégation. Bravo pour cette initiative audacieuse et féconde.

Programmation

La session se tient les mercredis, du 11 octobre au 8 novembre, de 13 h 30 à 15 h 30, au sous-sol de la Basilique.

Il s'agit d'une session biblique. Chaque participant apprend à se familiariser avec la Bible. Pour plusieurs, c'est une première.

La session est organisée avec la collaboration de soeur Jacqueline Cossette, de la communauté des Filles de Jésus, et de quelques bénévoles qui voient à la publicité, à l'accueil et au café..C'est une réussite de collaboration.

 

Une seconde session sera offerte durant le Carême sur un autre thème.

Eugène Lapointe, OMI

Se raconte

 

Le P. Lapointe continue sa route de missionnaire très riche. En quelques vidéos, il racontera ses débuts, ses missions et ses visions pour l'avenir de l'Église, et autres sujets intéressants. Il vient de publier un nouveau livre portant sur l'histoire du Lesotho, avec son regard de missionnaire oblat.

 

Première vidéo : ses débuts