Témoignage 

De la visite indésirable…

 

Jusqu’à maintenant la Résidence de Richelieu avait réussi à éviter l’entrée de la COVID-19 chez nos résidents. Mais les lois de la probabilité jouaient contre nous. Il fallait s’y attendre tôt ou tard, ce qui devait arriver arriva, la visite tant redoutée s’est présentée au 3e étage de la résidence sans prévenir, sans avertir. Le 22 octobre à 15 h 15, nous apprenions qu’un confrère était atteint de la COVID-19 ainsi que quelques employés. Le remède est brutal, confinement général dans les 15 prochaines minutes. À 15 h 30 avec mes 70 confrères, et les Jésuites, je suis dans ma chambre pour deux semaines. Pourquoi un confinement général : c’est qu’on ne pouvait retracer avec certitude tous les contacts du confrère au cours des trois derniers jours. Je pense que tous les confrères ont abordé ce confinement de bon cœur, en pensant, comme moi, à tout ce qui s’était passé dans les résidences pour personnes âgées au printemps.

 

Nous sommes des êtres de relations et de communion. Dans ce sens le confinement a été une épreuve pour tout le monde. On peut comprendre le bien-fondé du confinement, mais le vivre c’est autre chose. Cela n’est pas sans effets secondaires sur la santé mentale.

 

L’effort en valait la peine, l’éclosion a été arrêtée, et notre confrère âgé, à la santé fragile, est passé à travers sans aucun symptôme. Malgré que nous devions fonctionner avec des effectifs réduits en ce qui concerne le personnel, ce dernier a été extraordinaire. On n’a manqué de rien, on aurait dit qu’il essayait, par leur gentillesse et leur prévenance, de compenser auprès de nous les désagréments de l’isolement.

 

Comment animer une communauté en pareille circonstance, on fait ce qu’on peut. Par exemple, nous avons mis sur pied une chaîne téléphonique où tous étaient rejoints, au moins une fois par jour, pour simplement jaser et prendre des nouvelles. L’animation liturgique a été assurée minimalement en faisant preuve d’un peu de créativité. Nous émergeons de l’épreuve, non sans dommages, mais avec une grande victoire sur la COVID-19. Dieu est bon.

 

Gaston Morin, omi

gastonmorincovid.jpg