Contactez-nous

 

secretariat@omiquebec.com

 

Téléphone: 450 658-8761 -poste 601

Télécopieur: 450 658-0129

 

 

 

 

 

Archives Deschâtelets-Notre-Dame-du-Cap

Élaine Sirois

Directrice et archiviste

 info@archivesdndc.com

Téléphone : (450) 658-8761 p. 613

Provincial: Luc Tardif, OMI
 

Vicaire provincial: Jacques Laliberté, OMI

Directeur des finances et des services adminitratifs: Jordan Dosch

 

Adjointe administrative

Aline Hébert

Secrétariat:

Jean-Yves Poulin, OMI

 

Trésorier provincial
Jacques Laliberté, OMI

 

1944-2012
Robert Guimond, OMI, s’est battu pour les droits des ouvriers

 

Le 12 janvier 2013, en l’église St-Pierre-Apôtre, membres de sa famille, représentants officiels de la CSN pour laquelle il a oeuvré comme avocat, ainsi que des confrères oblats ont tenu à rendre hommage à cet homme, à ce religieux, à cet Oblat engagé pleinement à la défense des travailleurs. Il est décédé le 28 décembre 2012 à l’âge de 68 ans et quelques mois, Fête des Saints Innocents.

 

Un grand homme!
De toute évidence, il méritait des funérailles à la hauteur de ses engagements. À travers le contenu des hommages posthumes qui lui ont été rendus, Robert Guimond, OMI, entrait dans l’histoire de la société québécoise. Un grand homme qui vraisemblablement ne s’est jamais vanté de son dévouement total pour aider les gens qui devaient se battre pour faire reconnaître leurs droits.

Des témoignages illustrent sa vie totalement donnée
Luc Tardif, OMI, supérieur de la Province Notre-Dame-du-Cap, Jean-Claude Gilbert, OMI,  curé de la paroisse St-Pierre-Apôtre, ainsi que l’ami-prêtre qui fut longtemps colocataire de Robert Guimond, OMI, Michel Lacroix ont concélébré. Il régnait une profonde paix durant les funérailles; un chantre et un organiste créèrent l’ambiance sereine. Voici des témoignages qui illustrent la vie de «ce prophète» des temps modernes:

 

Bernard Ménard – témoignage
 

Le père Bernard Ménard, OMI, a fait le lien entre l’Évangile et la vie de Robert Guimond, OMI

 

CÉLÉBRATION DE LA VIE DE ROBERT GUIMOND, OMI

-références bibliques:
Esaïe 58, 1-12
Luc 4, 16-21

 

Témoignages recueillis par Danièle Miny, auprès de:

Marc Laviolette – ancien président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) de 1999 à 2002. Vice-président de la Fédération de la métallurgie et président du Syndicat des travailleurs et travailleuses des Produits chimiques Expro de Valleyfield de 1986 à 1994, Marc Laviolette est élu pour la première fois à l’exécutif de la CSN en 1994, puis une seconde fois au congrès de 1996. Il est responsable notamment du dossier santé-sécurité au travail et des campagnes confédérales à caractère social, dont celles sur la santé et l’éducation (références Wikipédia)

 

«Robert Guimond! Tout un homme. Je l’ai connu alors que j’étais président du syndicat chez Expro, il était déjà avocat. Il aidait les accidentés du travail. Grâce à lui, c’est une lutte que nous avons menée ensemble, la Loi de l’Amiante a été bonifiée au bénéfice des travailleurs et travailleuses. Nous avions un lien fraternel. C’était un bourreau de travail; même en congé sabbatique, il continuait de donner de son temps pour aider les travailleurs. J’ai beaucoup appris de lui. Il a formé beaucoup de monde. Robert Guimond  a été un des architectes du réseau des militants de la CSN. C’était un homme très chaleureux. Nous avons remporté de grandes victoires avec lui pour la protection des travailleurs et travailleuses. C’était un homme d’action, un militant qui réfléchissait et agissait, un passionné avec une rigueur dans ses engagements.»

 

Son action avec l’IRSST

Intervention de Robert Guimond (en tant que conseiller syndical en santé et sécurité à la CSN

 

Roger Valois, 27 années à la vice-président de la CSN

«C’était tout un avocat voué à la défense des travailleurs; il savait vulgariser les lois en utilisant des exemples très visuels, à la portée de tous. Nous avons remporté de nombreuses batailles pour aider les ouvriers devant la CSST. Parmi les gens qu’il a aidés comme avocat, je me souviens de son visage transfiguré de bonheur quand une famille a reçu 125 000$ en dédommagement. Il en a aidé des gens! J’ignorais au départ qu’il était prêtre. C’était un homme entier.» Monsieur Valois confesse aussi avoir une foi inébranlable. «Nous étions de bons amis».

 

Docteur Benoît Deshaies a été médecin au service des travailleurs et travailleuses, toute sa vie. Il a créé la Fondation Docteur Benoît-Deshaies pour laquelle Robert Guimond s’est énormément investi ces dernières années. Sur le site de la Fondation, on peut lire quelques informations en lien cet oblat: ADMINISTRATEUR ET MEMBRE DU COMITÉ D’ATTRIBUTION

 

Vraisemblablement ému, le docteur Deshaies a salué Robert Guimond avec beaucoup de respect pour l’homme et le travail accompli. Il avait bien voulu nous livrer quelques parcelles de la vie de l’Oblat défunt, avant la messe des funérailles: «Une grande disponibilité, un grand coeur et l’on savait tout de suite les vraies choses avec Robert: quand c’était blanc, c’était blanc, quand c’était noir, c’était noir… une très grande franchise et une action directe sans détours.» Il semble en être de même avec le docteur qui a fait de son métier de médecin une vocation tournée vers les besoins essentiels de ses patients, principalement les travailleurs et les travailleuses qu’il a souvent défendus, avec Robert Guimond, devant la CSST.

 

Gérald Larose a fait un portrait de Robert Guimond, OMI:
«C’était un homme fidèle à ses options, à ses engagements et ses amours: la nature, le plein air, la discrétion, la réserve, la solitude… c’était un contemplatif, un homme de réflexion. Ce fut un acteur important au service de la défense des travailleurs et travailleurs victimes de maladie ou d’accidents», descriptions évocatrices de l’homme et de son empreinte dans la société par monsieur Larose. On le voit ici, avant la célébration en compagnie de la soeur de Robert Guimond, Yolande et d’un cousin de Robert, syndicaliste.

 

Quelques intentions lues par Carole Beaulieu et Yves La Neuville, des militants de toute heure; derrière eux, Guy Boulanger, OMI, très engagé dans le monde ouvrier:
 

«Pour tous les humains qui souffrent dans leur vie et dans leur corps….»
 

La Résidence funéraire Bleu Ciel avait installé l’urne et préparé un diaporama illustrant quelques moments de la vie du défunt.


Jean-Claude Gilbert, OMI, curé de la paroisse oblate St-Pierre-Apôtre avait déposé auprès de l’urne la croix oblate de Robert Guimond. À la fin de la cérémonie, une tradition chez les Oblats qui disent un dernier au revoir à leurs confrères défunts, c’est de se réunir autour du cercueil ou ici de l’urne pour ensemble chanter Salve Regina.

L’église était baignée par ce chant dédié à Marie, entonné par les confrères oblats de Robert Guimond, Salve Regina:


«Qu’est-ce qui plaît à Dieu, le culte ou le partage?»,  texte de la Bible lu par monsieur Mathieu décrivait le travail de Robert Guimond, OMI, durant sa vie: rompre les chaînes et être homme et religieux d’action.

 
Ici, les deux liens de Robert Guimond, OMI: sa famille oblate en la personne du supérieur de la Province Notre-Dame-du-Cap, Luc Tardif, OMI; puis un membre de sa famille, Yolande, sa soeur, qui signait le registre après les funérailles.

 

Bibliographie:
Robert Guimond, OMI, par ses actions, a contribué à améliorer la santé des travailleurs; ici quelques références à lire:

http://www.irsst.qc.ca/media/documents/PubIRSST/R-357.pdf

http://bibvir1.uqac.ca/archivage/17991225.pdf

 

Conclusion
Un grand homme est décédé laissant derrière lui une oeuvre méconnue par la plupart d’entre nous. Les témoignages aux funérailles ont révélé la grandeur d’âme de cet oblat qui a consacré sa vie entière à la justice là où elle manquait trop souvent. Un travail dans l’ombre pour installer les gens dans la lumière.

 

Vidéo et 1uelques photos avant, pendant et après les funérailles. Les Oblats ont invité les gens à venir prendre un goûter au sous-sol de l’église St-Pierre Apôtre.

 

Robert Guimond, OMI